Valls a mis le temps

Jerome Marty

Jerome MartyMercredi 1er juillet, le premier ministre reçoit les syndicats de médecins et les syndicats d’internes et étudiants en médecine  avant la conférence nationale de santé, et naturellement les syndicats s’y rendent….
La problématique est en fait assez simple :

Le gouvernement de monsieur M. Valls édicte et fait voter une loi qui va détruire la médecine libérale et fragiliser gravement, voire faire disparaître la spécificité de la médecine de France.

Le diagnostic a été posé depuis longtemps par l’UFML et le remède immédiat que nous avons proposé : le retrait de la loi, a été depuis repris par d’autres structures.

Alors même que le chef du gouvernement n’approuve en rien le retrait de la loi de modernisation de la Santé, les syndicats vont s’assoir à sa table et discuter ….De quoi ? 
D’une conférence de santé décrite par Manuel Valls comme fondamentale… (Si fondamentale que ses propres services parlent évasivement d’une durée de 1 à 2 jours … !).

En fait, ne nous cachons pas la vérité, Marisol Touraine a gagné la première manche, elle a réussi à faire obéir les syndicats, par le jeu du fait électoral.

Il était, si toutefois l’intérêt de la profession, l’intérêt des patients, l’intérêt des Français, primaient sur celui des structures, facile de se réunir et, pour une fois, d’aller vers une union de combat. 
Il était somme toute assez simple de refuser la date du 12 octobre pour les élections…Cela n’a pas été le cas !

Alors bien sûr, nous avons vu des représentants de syndicats s’exclamer qu’il fallait repousser ces élections, merci à eux, mais il n’y a pas eu l’opposition unitaire qui seule pouvait, à cet instant, envoyer un message fort au premier ministre…

La tablée que nous verrons, dans la presse dès mercredi soir, est dictée par des INTERETS ELECTORAUX, n’en doutons pas !!! Elle signe la victoire de Marisol pour cette étape ! Elle renforce encore la politique des têtes baissées, l’obéissance aux échéances électorales, et la crainte du terrain laissé au concurrent.

Alors me direz-vous mais que vient faire l’UFML dans cette galère électorale ? 
La réponse est : 
1/ La campagne, la campagne qui doit permettre de mettre la loi de santé au cœur du débat, la campagne qui doit mettre au premier plan la voix de l’UFML, une voix sans laquelle, hormis de rares individualités de syndicats, nous n’en serions pas là aujourd’hui et la loi très probablement aurait été votée avec la bénédiction de MGF et de la CSMF.
2/ L’obtention par la campagne que nous aurons faite et les résultats obtenus de la présence de représentants de l’UFML aux négociations conventionnelles afin de porter haut la résistance et le pouvoir de dire NON ! Et afin de porter au cœur des négociations conventionnelles, la voix des médecins de terrain, trahie par des années de compromis et de compromissions, de mensonges, de manipulations et de promesses non tenues.
3/ Essayer d’influer sur le rôle des URPS devenues, hors rares exemples, des chambres d’enregistrement des ARS.

En attendant, l’UFML ne peut que constater l’obéissance syndicale à se rendre à la table de celle-là même qui a fait EN CONSCIENCE le choix de détruire la médecine libre et indépendante !
Bien sûr, on nous répondra, la politique de la chaise vide n’est pas une politique, il faut y aller pour faire entendre la voix des médecins etc.

ADHEREZ A L’UFML

L’UFML répond à ceux-là que le refus de la politique de la chaise vide a entraîné les acceptations et les signatures que l’on sait et la construction du bilan que la profession endure chaque jour !
L’UFML rappelle que nombre de boutiques et non des moindres prônaient et prônent encore aujourd’hui « l’aménagement de la loi ». 
Une loi qui dès son premier article rend l’Etat responsable de la politique de Santé et donc avilit les médecins !
Négocier le non-négociable est pour ceux-là une politique : négocier la liberté, négocier l’indépendance….l’UFML demande aux médecins de rester en éveil et de se souvenir de cela ….Toujours.

Plus que jamais l’UFML appelle au rôle actif des médecins de terrain au sein des coordinations, au sein de l’UFML !

Nous le disons haut et clair, nous porterons partout les idées de l’UFML.
Que ces idées soient respectées et relayées par des structures, et nous mettrons tout en œuvre pour les aider, que ces idées soient trahies et nous n’hésiterons pas une seconde à faire valoir notre liberté et notre indépendance, comme nous n’hésitons pas depuis 3 ans à nous battre sans relâche pour celle des médecins.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Nous contacter

Vous pouvez nous écrire, nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi

Logo UFML 3342 150Siège social : 287 rue St Jacques - 75005 Paris

©2018

Share This

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?