Une manifestation et… des revendications !

Twitter

Twitter@drmartyjerome

Jerome Marty

La manifestation du 15 03 doit être historique, elle l’est déjà par le nombre de participants.

Et face à un évènement de cette ampleur des difficultés surgissent. Rappelons que les internes et les chefs de clinique ont posé la date et demandé son autorisation. Rapidement la totalité des syndicats médicaux, l’UFML, les syndicats dentaires, des syndicats de paramédicaux, ont rejoint la manifestation.

Et, il semblerait que des difficultés surgissent.

La première et ce n’est pas la moindre est, semble-t-il, celle des revendications affichées. Nos jeunes confrères seraient pour l’aménagement de la loi alors que nombres de syndicats de médecins seniors et l’UFML demandent son retrait ou un moratoire afin de permettre sa réécriture.

Je m’exprime ici au conditionnel et avec grande prudence, l’expérience montrant que les positions sont fluctuantes…

La problématique posée, semble-t-il, est donc la présence au sein d’un même cortège (celui des internes et des chefs de cliniques) de revendications différentes….

Une des solutions pourrait donc être de demander une autre autorisation de cortège, sur le même trajet, en laissant un écart entre les deux cortèges si les responsables ne peuvent s’entendre, ou sur un autre trajet.

Oui je sais, cela paraît absurde, encore une fois je parle au conditionnel mais il semblerait que ce problème existe.

Autre problème : l’aboutissement de la manifestation qui, je le répète, doit être historique et déboucher sur un résultat.

Face aux milliers de professionnels qui vont se déplacer, les responsables doivent la vérité.

Ainsi, si certains veulent porter un projet de loi amendé et entendent se servir du poids de la manifestation pour obtenir l’écoute et la validation de texte, ils se doivent de livrer à la profession les tenants et les aboutissants des amendements proposés.

Il paraîtrait pour le moins anormal que des milliers de confrères fassent des centaines de km pour ne pas savoir ce qu’ils défendent réellement.

Je parle au conditionnel, je le répète, mais au conditionnel je rappelle que si ce que l’on nous rapporte est vrai alors, les responsables concernés doivent la clarté totale à la profession médicale.

L’UFML se bat pour le retrait de ce projet de loi, comme certaines structures syndicales et non des moindres. Nous comprenons parfaitement que d’autres structures demandent un aménagement de la loi et non son retrait, le peuple médical qui sera dans la rue le 15 03 demande lui à être protégé et à voir les menaces que fait peser cette loi sur l’exercice être écartées.

Le peuple médical va offrir sa force en ce sens et c’est cette force qui permettra, nous l’espérons, l’obtention de l’une ou l’autre des solutions.

Mais nous nous devons de le répéter, si le retrait de la loi est une position claire, celle de l’aménagement doit l’être tout autant et doit être exposée dans ses moindres détails par ceux qui la défendent au peuple médical qui s’engage.

Enfin il semblerait que l’UFML gêne, que l’on daigne l’accepter mais sans qu’il soit trop visible, je ne sais si cela est vrai, encore une fois ce sont des propos rapportés par différentes sources.

A ceux qui défendent cette position, je dirai qu’ils se trompent, que depuis le premier jour l’UFML s’est élevé sans jamais varier de position contre toute menace d’assujettissement de la profession, contre toute étatisation et financiarisation. Je rappellerai que l’UFML n’accepte pas la marchandisation du soin et le désengagement de la Sécurité sociale au profit des complémentaires pour un libéralisme sans règles qui feraient des médecins des supplétifs et des patients des otages économiques, que l’UFML n’a pas de mots assez durs pour dénoncer le risque de violation du secret médical avec un dossier national médical partagée aux mains de l’assurance maladie financeur et de l’exploitation d’une base patients pour d’autres intérêts que le soin par des organismes financiers. Je rappellerai que l’UFML n’accepte en rien l’esprit d’une loi qui vise à faire déconstruire par étape la liberté et l’indépendance des médecins.

Si il existe, comme il nous est rapporté, une volonté d’ostracisation de l’UFML, celle-ci serait-elle due aux démonstrations passées des fautes commises par des responsables syndicaux (plus que par des structures) qui ont imposé des orientations politiques que nous ne pouvions accepter puisqu’elles annonçaient et préparaient la loi de Santé….Serait-ce, si cette volonté existe, une façon de confondre l’intérêt de la profession et l’intérêt personnel de certains ? Je ne peux le croire.

Je répèterai donc ici que l’UFML n’a à cet instant qu’un but, celui de défendre la profession, qu’une volonté, celle d’écarter tout danger pour les médecins. Nous sommes une organisation qui ne perçoit aucun subside, si ce n’est les cotisations de ses adhérents, dont les responsables sont tous bénévoles et élus. Nous ne sommes engagés à ce jour, dans aucune course électorale professionnelle, mais nous orienterons en toute transparence les voix de nos adhérents  qui nous en font la demande  vers les structures qui auront défendu, de la façon la plus concrète, la plus transparente et la plus démocratique, la profession si cela s’avère nécessaire.

L’UFML n’a pas a avoir honte de ses positions, elle a fait le job, démonté, démontré, analysé la loi de Santé, elle a su mettre en avant ses dangers il y a plusieurs mois et dès avant la parution du projet de loi, perçu son émergence.

l’UFML sur le dossier de la loi de Santé, comme toujours, n’a pensé qu’à l’intérêt de la profession et c’est pour l’intérêt de la profession que l’UFML demande (si il s’avère exact qu’un groupe demande l’aménagement de la loi) la clarté des revendications et la connaissance des demandes d’aménagement.

L’UFML demande la participation de tous ceux qui sont impactés par la loi de Santé à la manifestations du 15 mars.

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Nous contacter

Vous pouvez nous écrire, nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi

Logo UFML 3342 150Siège social : 287 rue St Jacques - 75005 Paris

©2018

Share This

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?