Une logique de supermarché

Dominique Thiers Bautrant

Dominique Thiers BautrantLa médecine libérale, dans un élan commun historique, a réalisé un Front Uni demandant le Retrait de la Loi Santé.
Le Tiers Payant généralisé est à cette Loi ce que l’avenant 8 est à la convention : l’arme de contrôle absolu des pratiques des médecins, qui passent sous tutelle des ARS et des financeurs.
Pourquoi faire de ce TPG le seul outil d’amélioration de l’accés aux soins lorsqu’on sait que le renoncement aux soins pour causes financières, qui existe, est principalement du aux délais de rendez vous et concerne trés majoritairement les domaines dont la sécurité sociale s’est désengagée de longue date ?

Récemment, un jeune homme est mort car arrivé en fin de droit de mutuelle étudiante, les délais de réaffiliation à l’Assurance Maladie ne lui ont pas permis de se soigner. Drame humain, drame social, bug du système.
Le TPG y aurait il changé quelque chose ?

Certaines familles ne peuvent avancer 20 euros, subissant l’effet de seuil des minima sociaux qui ne leur accorderaient ni AME ni CMU. C’est une réalité, mais c’est une réalité politique et sociale qui conduira aussi cette famille à renoncer à certains aliments, fournitures diverses, vacances, déplacements etc…. La réalité médicale est que si cette famille a BESOIN de soins, ils lui seront prodigués , que ce soit en cabinet, en établissement privé, en dispensaire ou à l’hôpital.

Il y a une certaine perversité politique et idéologique à en faire un phénomène de masse mettant en danger la population et justifiant le changement de paradigme auquel nous assistons. Mais il est vrai que cette idéologie permet de mettre quelques rustines sur une situation sociale en pleine dégradation dans le pays, amenant une paix sociale, que l’on peut craindre bien provisoire sans ambition plus large. 
Bien évidemment, le secteur libéral ne survivra pas à ce système car il n’a pas été conçu pour les raisons sociales citées, mais bien pour assurer aux organismes financiers de bénéficier de la  » productivité  » de la santé. Le modèle existe déjà, ce sont les centres de santé mutualistes et ils sont déficitaires, survivant à grands coups de subventions , éminemment modulables au gré des situations économiques de l’instant.

A l’image des grands groupes de distribution acquérant à bas prix des produits payés aux fournisseurs à 90 jours de carence, les financeurs  » achètent  » des prestations à coût bloqués et bien au dessous du marché européen aux professionnels, les paient… plus tard… Par le jeu de la mensualisation des cotisations, de leurs revalorisations régulières et du contrôle tarifaire absolu, le marché promet une belle rentabilité, avec une marge de progression qu’ils pourront fixer eux mêmes, tandis que les ARS veilleront au bon déroulement des opérations.
L’obligation de complémentaires, la disparition progressive des compléments d’honoraires ( notons que les assurances complètent tandis que les honoraires dépassent ), l’augmentation régulière des cotisations, ainsi que le contrôle tarifaire absolu permettront d’avoir une bonne visibilité du marché et de ses évolutions.

Les mêmes acteurs assurant le contrôle des pratiques par un jeu pervers de rémunérations sur objectifs et sanctions sur indicateurs, la chaine de production du soin est sous contrôle de bout en bout, avec nombreux points d’action possibles .
Comment les associations de patients, les politiques, les grands pourfendeurs du privé et ardents défenseurs du  » public  » mais aussi des représentants de la médecine libérale peuvent ils cautionner ce système , modèle abouti d’un capitalisme sans vergogne, cela reste un mystère .
A moins que les appétits, les ambitions personnelles, la haine de la liberté de l’autre, ne soient des moteurs bien plus puissants que le simple bon sens.

A ce titre, la menace de grève des urgentistes, retirée avant même sa naissance, sur des avancées obtenues en moins de temps qu’il ne fallut pour les demander mais opaques même aux yeux des observateurs mais dans un grand brouhaha médiatique, pose question.

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Nous contacter

Vous pouvez nous écrire, nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi

Logo UFML 3342 150Siège social : 287 rue St Jacques - 75005 Paris

©2018

Share This

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?