Prenez soin de ceux qui soignent

Jerome MartyMadame la ministre,

les grèves d’externes en médecine sont suffisamment rares pour que vous ne prêtiez attention à celle de nos futurs confrères nantais. Cette grève est à la base même du ressenti de la profession médicale mais également de toutes les professions du soin, tous secteurs confondus.

Le sentiment de mépris, « l’outilisation », le poids administratif, la fatigue et la perte de sens, touchent toutes nos classes d’âge mais, lorsque ce sont les plus jeunes qui alertent, c’est toute la gravité de la crise qui éclate au grand jour.

L’UFML apporte son soutien plein et entier aux externes nantais et demande des actions immédiates. Au-delà du fonctionnement des ECNi 2017 qui a traduit, plus que tous les mots, une légèreté à l’égard des candidats et un mépris de ceux qui sont appelés demain à soigner les Français, nous vous demandons de faire mieux que d’écouter les externes et les internes : de les intégrer à la gouvernance du système.

Ils sont l’avenir du système de soin, ils doivent participer à ses orientations, pleinement, entièrement, au sein d’une vraie démocratie sanitaire.

Madame la ministre la grève de Nantes doit vous rappeler ce que vivent depuis des années les professions du soin. Faut-il vous rappeler les situations de chacun, faut-il demander pardon aux Français pour être enfin entendus, écoutés, considérés, respectés ?

Pardon de ne pouvoir soigner comme nous le voudrions tant nous nous voyons dépossédés de ce qui faisait l’essence même de notre engagement : le soin à chacun, dans toutes ses dimensions humaines, scientifiques, techniques, éthiques. Il n’est pas un secteur du soin qui ne soit impacté.

Pour nous soignants, la démotivation gagne à force d’épuisement, d’injonctions paradoxales, de sentiments de ne pouvoir faire face…Les plus âgés pensent à déplaquer et les plus jeunes souvent n’osent s’installer, au regard des conditions d’exercices de professions magnifiques rendues non attractives.

Si pour les Français les déserts inexorablement s’étendent, pour les soignants, ce sont les drames qui succèdent aux drames… Les suicides d’aides-soignantes, d’infirmières, d’externes, d’internes, de médecins, de soignants sont une plaie ouverte dont nous sommes tous marqués, dont la douleur, permanente, ne cesse de rappeler l’urgence à agir.

Les solutions existent, elles demandent du courage politique.

Le courage de stopper les dérives administratives et financières, de s’opposer à la marchandisation du soin, le courage de sanctuariser l’indépendance des soignants, les valeurs éthiques et déontologiques de nos professions, le courage de ne plus lier les rémunérations de ceux qui font le soin à l’équilibre d’une assurance fût-elle sociale. Le courage de faire comprendre que ceux qui savent les vies, qui ont fait le choix de la lutte contre la souffrance et la maladie, d’affronter les peurs, de combattre et parfois de côtoyer la mort, de soutenir, d’écouter, d’apaiser, de calmer, de savoir l’intime, ne peuvent être réduits à des chiffres, des statistiques ou des logiques politiques du moment …

Les externes, internes, soignants en devenir ou en exercice ne sont pas un paramètre, ils sont à la fois l’équation et la solution, ils sont le soin, sa réflexion, sa voix, ses mains…

Madame la ministre, ayez le courage de prendre soin de ceux qui prennent soin.

Communiqué de presse 

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Nous contacter

Vous pouvez nous écrire, nous vous répondrons dans les délais le plus courts.

En cours d’envoi

Logo UFML 3342 150 ©2017

Share This

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?