Mourir de soigner

Jerome Marty

Jerome Martyhttp://www.egora.fr/…/206593-suicide-lhopital-les-medecins-…

Les médecins ont l’espérance de vie des ouvriers, ils se suicident 2,5 fois plus que la moyenne de la population française et sont pour 50 % en situation de burn out…
Marisol Touraine, ministre de la Santé, feint de découvrir ces chiffres, en réalité elle ne peut découvrir le drame continu d’une profession au plus haut des statistiques de mort par suicides, pas plus qu’elle ne peut découvrir le fait que plus de 50 % des médecins sont soumis au burn out.

De temps en temps, de façon très ponctuelle et pour tout dire assez suspecte, lorsqu’un drame un peu plus médiatisé survient, elle feint de s’y intéresser, nomme une commission, une mission d’enquête, deux ou trois responsables de rapports, elle s’agite ….un peu …Les semaines et les mois passent, les drames succèdent aux drames, les épuisements aux épuisements, l’angoisse et les stress continus enfantent la désespérance et derrière, le drame encore, toujours…

Les médecins du secteur public et du secteur privé se suicident 2,5 fois plus que la moyenne, statistique morbide, effrayante… Ceux qui soignent, ceux qui soulagent, ceux qui ont fait voeu d’entraide et de soutien, ceux qui ont prêté serment de soin, en France, se suicident plus que la majorité des autres hommes.

Ces morts, chacun de ces morts, devraient empêcher Marisol Touraine de dormir…Ces morts, chacun de ces morts, forment un mur qui ne devrait être franchi par la ministre qu’une fois des actions pérennes et à la hauteur de l’abomination, lancées…

Mais rien ne se passe.

Une confrérie du drame, de la souffrance, du mépris, de la maltraitance existe entre les médecins et elle est transectorielle.

Son origine est certes multiple, mais il est un élément prépondérant, la gouvernance.

Qu’elle soit publique ou privée, elle est enfantée par le gosplan, l’idéologie, le dogmatisme et la force des certitudes établies.

Depuis des années, les médecins subissent des réformes construites sans eux. Des réformes qui diminuent à la fois leur liberté et leur indépendance et leur capacité décisionnelle et organisationnelle professionnelle, des réformes qui construisent un système où les médecins voient leur profession et leur avenir leur échapper.

Depuis des années, les médecins se voient imposer la politique de Santé et la souffrance et la désespérance avancent.

Suradministration hospitalière, pouvoir sans limite des agences, relations exécrables avec des tutelles relais de l’Etat, le drame est nourri chaque jour…et demain ?

Demain avec la mise en place de la loi de Santé contre l’immense majorité des professionnels, que va-t-il advenir ?

La loi HPST et ses conséquences délétères à l’hôpital public n’a en rien servi de leçon, la loi de Santé va porter un coup qui sera fatal pour nombre de confrères, du fait de la mise en place d’une médecine totalement sous encadrement et sous contrainte, totalement assujettie à d’autres intérêts que le soin.

La profession médicale dont l’espérance de vie est au plus bas des activités professionnelles en France est soumise de fait à des drames prévisibles. Et le ministère de la Santé, comme l’ensemble des politiques qui votent des lois qui aggravent la souffrance des soignants, ne peut être exonéré de responsabilité.

L’UFML, au regard des chiffres reconnus et prouvés, demande un moratoire à l’application de la loi de Santé et réserve toute possibilité d’agir envers des responsables qui par leur action peuvent, en connaissance, construire les drames de demain.

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Nous contacter

Vous pouvez nous écrire, nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi

Logo UFML 3342 150Siège social : 287 rue St Jacques - 75005 Paris

©2018

Share This

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?