Adhérer à l'UFML *


Pourquoi adhérer ? / comment adhérer 

SEULES les COTISATIONS font vivre l’association UFML
Vous avez besoin de l’UFML pour défendre vos valeurs, l’UFML a besoin de vous pour les représenter et vous avez eu de nombreuses occasions de voir combien la présence et l’influence de l’UFML ont pris de l’ampleur…
SEULES les COTISATIONS permettent toutes ces actions, aussi ;
Le renouvellement de votre cotisation c’est maintenant
Le partage avec les confrères de notre charte c’est maintenant
La sensibilisation des professionnels de la santé c’est maintenant
Le coup de fil sympa aux confrères qui baissent les bras c’est maintenant
Pour adhérer à l’UFML
cliquerz sur le lien ci-après et suivez la démarche proposée (paiement par CB ou Paypal  -mais Paypal n'est pass obligatoire).

Evitez le chèque plus compliqué à gérer 

ADHERER A L'UFML

Paypal

L’avenir vous appartient, il est à construire avec l’UFML
Merci pour l’UFML, merci pour vous !!!

  Charte UFML

Dr MH Bonfait-Bouyer

 

Des propositions concrètes vous seront très prochainement présentées.

Pour cela, nous avons besoin de vous et de vos cotisations,

Unique ressource de votre association : l’UFML.

ADHERER A L'UFML

Paypal

Marie-Hélène Bonfait-Bouyer.

Commande livre Résiste !

resiste XDLancement le 30 Mars mais en commande sur : http://ufml-asso.org/commandez-le-livre.html… Lien vous permettant de préciser votre commande. une surprise avec chaque commande. Ce livre est un pavé lancé à la face de tous ceux qui vous méprisent, de tous ceux qui enfoncent la médecine.

 

Le New Deal de l'UFML

New Deal UFMLVifs remerciements à ceux qui ont oeuvré pour cette réussite et en particulier l'équipe de Paris menée sur cet événement par Valérie Briole. La présence hier soir de Nathalie Kosciusko Morizet, Hervé Mariton, ne traduit en rien une politisation de l'UFML mais une reconnaissance de son travail et de sa place à l'heure des campagnes électorales. Nous avons pu expliquer Résiste, donc l'UFML, et détailler un New Deal aux propositions décoiffantes et sans concessions. Nous l'avons fait droit dans les yeux des politiques présents. Alexandre Jardin est intervenu, nous allons travailler ensemble  il a dans son intervention rappelé les blocages de la sphère politique nationale. Comme lui nous pensons qu'il est temps de renverser la pyramide décisionnaire. Thomas Dietrich s'est exprimé, très applaudi, symbole de résistance. Frederic Bizard également, nous connaissons son rôle dans la lutte contre les réseaux et la financiarisation. Nous étions nombreux, lisez le New Deal, commandez Résiste. Le combat prend une autre dimension, nous devons construire ensemble, et prendre plus que jamais la place qui est la nôtre.

L'UFML appelle les médecins

affiche vote députés L'UFML appelle les médecins à poursuivre leur pratique du tiers payant de façon libre et invite ceux qui seraient poursuivis par l’administration à remplir ce module de signalement  pour prendre les mesures de leur défense.

Affiche contre le  TPG   version pdf à télécharger    à placer dans vos salles d'attente.

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Isabelle Le Croarer LuckL’UFML (représentée par les Drs Jérôme Marty, son président, Valérie Briole, sa vice-présidente ainsi que Rachida Inaoui et Isabelle Luck) avait donc RV ce 12/07/2017à 14h, avec Christophe Dietrich, Maire de Laigneville, petite commune de l’Oise désertifiée en généralistes comme bon nombre croissant de communes de France. Rappelons que, suite à ses parcours difficiles de recherche d’un médecin pour établir les constats de décès sur sa commune, ce maire s’était payé le culot de publier le 17/05/2017 un arrêté municipal interdisant à ses administrés de mourir à domicile*.

Lors de l’entretien qu’il a accordé à l’UFML et qui a duré plus de 2 heures, Mr le Maire de Laigneville a expliqué que cet arrêté est toujours en cours, malgré les menaces de suspension préfectorale émises lors d’une entrevue avec le préfet de l’Oise. Sa démarche à visée volontairement provocatrice cherchait à réveiller l’administration, et à l’aider à trouver des solutions rapides pour satisfaire aux besoins médicaux des quelques 5000 habitants dont il a la charge et qui ne disposeront bientôt plus, pour cause de départ en retraite sans successeurs, d’aucun des 2 médecins exerçant dans cette ville agréable, en pleine expansion, bien desservie par la garde SNCF à 35km de Paris, et pourvoyeuse d’emplois grâce à une grosse entreprise qu’il a réussi envers et contre tout à maintenir localement. Devant cette désertification médicale, il s’est démené pour monter une maison médicale pour laquelle il offrirait au nouvel installé, le loyer et une secrétaire dans un contexte assez bien organisé selon lui grâce à la présence d’infirmière, diététicienne, ostéopathe, d’un service d’HAD et la proximité de 2 hôpitaux (Creil et Clermont). Malheureusement, le poisson tant espéré ne mord pas, et il n’a reçu qu’une ou deux propositions de jeunes médecins qui lui en demandent encore plus, comme un logement gratuit….

Il a donc rencontré l’UFML pour comprendre les causes de cette pénurie de médecins et de manque d’attractivité dans cette profession. Très attentif au service rendu à ses concitoyens, il est parfaitement conscient de la perspective très proche de catastrophe sanitaire, redoutant de la vivre autrement que par la difficulté à faire constater les décès. Il avait déjà bien potassé le sujet et a posé beaucoup de questions sur ce recul des jeunes devant l’installation libérale en médecine générale et sur leur devenir après les études, sur les risques du TPG…

Il a apparemment découvert certains aspects de la profession : nous lui avons expliqué le numérus clausus, les études difficiles, la charge énorme de travail des internes dans les hôpitaux, le détournement des jeunes de la médecine générale libérale devant la paupérisation de la profession, les honoraires bloqués, la charge croissante de travail, de responsabilités et de contraintes administratives, les problèmes d’accessibilité des locaux, la mise à mal de l’indépendance du médecin libéral par la loi santé et le tiers payant généralisé à venir, le risque 2.4 fois plus important de suicide, le vieillissement de la population médicale qui aspire à sa retraite, le nombre croissant de médecins étrangers et de médecins retraités en activité, la société des 35 heures et les cabinets où travaillent maintenant deux jeunes médecins au lieu d’un auparavant, la fermeture des pharmacies locales faute de médecins… Il a entendu et compris tout cela, nous avons juste dû de nouveau démonter un des poncifs qu’il nous a lui aussi servi, en tant qu’ancien flic (sic), sur la coercition d’installation des médecins à l’image des jeunes policiers qu’on envoie loin de chez eux pour leur premier poste : nous lui avons rappelé qu’un médecin est un libéral et non un fonctionnaire !

Rachida lui a remis le livre « Résiste » de l’UFML. Nul doute que la lecture du récent article ** dans le blog « Cris et chuchotements » pourra également l’éclairer…

Nous nous sommes promis de nous revoir pour ébaucher des solutions, et Jérôme a évoqué quelques pistes comme la régionalisation du concours de l’internant, la sortie de l’ONDAM des enveloppes tarifaires des honoraires médicaux… Pour l’instant, en attendant que sa maison vide trouve un médecin, Mr le Maire semble enthousiasmé par l’abonnement au service de télémédecine que l’urgence du désert lui a fait souscrire pour 400€ par mois, après une démonstration qui lui a été faite en Alsace. Cette solution, puisqu’aucune autre ne s’offre à lui, lui semble tout à fait acceptable. L’UFML a proposé à ce maire dynamique de contacter, pour ses recherches de l’oiseau rare qui pourrait se poser dans le nid aménagé sur Laigneville, le Conseil départemental de l’Ordre des médecins, la faculté de médecine d’Amiens, les URPS Hauts-de-France et il a été invité à l’AG de l’UFML à Collioure le 09/09/2017.

*  20 minutes :  Le Maire de Laigneville interdit aux habitants de décéder à la maison 

** Cris et chuchottements  : cabinet vide  cherche sans succès  junior infatigable 

Liste des participants qui ont commenté cet article

Charger les commentaires précédents
  • Invité - DIETRICH

    3/En outre je réfute la façon dont vous présentez la solution de télémédecine. Si j'en suis arrivé là c'est uniquement parce que je n'ai pas d'autre choix à l'heure actuelle. Comme vous le décrivez si bien, nous avons un environnement hyper favorable à l'installation d'un médecin et pourtant nous n'y arrivons pas ! Peut être serait il intéressant aussi d'en rechercher les causes dans la profession elle même plutôt que dans les revendications catégorielles. Si les politiques doivet faire leur examen de conscience, la médecine ne peut pas s'en exonérer non plus.

  • Invité - DIETRICH

    4/ Votre discours est au final le même que j'entends depuis des mois mais je ne serai pas le faire valoir des revendications catégorielles de qui que ce soit. La solution passe certes, par un certain nombre de points que vous avez soulevé , mais elle passe aussi par la régionalisation des diplômes et par un contingentement des médecins par rapport à la population comme cela est le cas des pharmaciens, des notaires ou des huissiers qui sont pourtant aussi des professions libérales...

  • Invité - DIETRICH

    5/ Je suis un homme de dialogue, mais je n'aime pas avoir le sentiment d'avoir servi des intérêts particuliers à mon corps défendant. J'ai écouté et entendu un certain nombre de vos arguments et je ne me suis pas permis d'en faire le moindre jugement de valeur. J'aurais aimé qu'il en soit de même de votre part.
    Je reste à votre disposition pour poursuivre notre dialogue, mais vous comprendrez aisément que je ne peux pas adhérer à un dialogue tronqué.

  • Invité - DIETRICH

    6/ Mon action vise à poser le débat pour trouver des solutions partagées. Vous avez bien conscience que si la médecine n'est pas force de proposition et si elle reste campée sur ses positions, il n'y aura bientôt pas d'autre choix pour les futurs gouvernements que d'imposer des règles que vous rejetez. Ma démarche visait simplement à trouver des solutions partagées et crédibles pour répondre à un problème de santé publique...
    Merci de m'avoir permis ce droit de réponse. Bien cordialement C. DIETRICH Maire de Laigneville

  • Invité - DIETRICH

    Désolé pour les fautes de frappe mais je suis comme vous, hyper sollicité, et mes semaines de travail ressemblent sans doute aux vôtres. Bien à vous

  • Invité - Fred Tonne-Zimme

    C'est parce que vous n'avez aucune idée de ce qu'est la semaine de travail d'un médecin que vous ne comprenez pas pourquoi vous avez autant de mal à en trouver !!!!
    Vous n’êtes pas le seul ni le pire d'ailleurs...
    bref le combat va devoir être frontal !
    01/12/17++++++++++++++++++++++++++++
    Les politiques ne comprennent qu'une chose et c'est dans leurs gènes : le rapport de force
    Relisons SUN TSU donc et préparons nos munitions...

  • Invité - Fred Supe

    Mes chers confrères.
    Nos dirigeants et décideurs ne sont pas stupides. Ils ne font pas dans l'à peu près. Nous pleurons en brandissant le risque de chute de la médecine libérale: C'est voulu, décidé et entériné. Nous argumentons la crise sanitaire: mais ils s'en foutent, comprenez-le bien. Le seul élément important est l'équilibre budgétaire. Tuer les libéraux, c'est s'accaparer légalement leurs marges (un medecin salarié soigne moins mais coûte encore bien moins cher), la valeur de leur fond de commerce en toute légalité et gratuitement. Nous sommes dans un état soviétique larvé.

  • Invité - Fred Tonne-zimme

    Ils s'en foutent c'est vrai ; mais pas leurs electeurs, nos patients sans patience...
    Ce sera un levier ++++++
    Pour le reste : d'accord

  • Invité - pathos

    Incroyable l'arrogance de ce maire en même temps qu'une évidente ignorance crasse de ce dont il prétend parler .
    Mais , à tous les niveaux , local ou national que ne ferait-on pas pour être élu !
    Quant à reconnaitre sa responsabilité et sa culpabilité , il ne faut pas trop attendre d'un grand nombre de carriéristes de la politique .
    On comprend bien que les particuliers commencent à se rendre compte de l'étendu du désastre et le politicard de base veule et cauteleux , lui , doit fournir à sa clientèle électorale quelques explications simples , faciles et simplettes .
    On comprend AUSSI que la p

  • Invité - pathos

    la politique de santé est un enjeu national et qu'elle ne se décide pas localement , ceci dit une telle persévérance-obstination dans l'erreur , aveuglement , de la part d'un élu local est coupable et participe du problème .
    A nous d'informer nos patients et de dégonfler les baudruches de certains faiseurs politiciens . J'ai affiché en salle d'attente le denier rapport de démographie médicale avec le taux d'installation ! C'est éloquent ! Tous le monde comprend ! NO COMMENT
    Le numerus clausus n'y est pour rien contrairement à ce que répètent les trissotins ..... car la réalité DERANGE

Ajouter un commentaire

L'UFML en chiffres

0
Newsletters
0
Pages
0
Followers

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.