Adhérer à l'UFML *


Pourquoi adhérer ? / comment adhérer 

SEULES les COTISATIONS font vivre l’association UFML
Vous avez besoin de l’UFML pour défendre vos valeurs, l’UFML a besoin de vous pour les représenter et vous avez eu de nombreuses occasions de voir combien la présence et l’influence de l’UFML ont pris de l’ampleur…
SEULES les COTISATIONS permettent toutes ces actions, aussi ;
Le renouvellement de votre cotisation c’est maintenant
Le partage avec les confrères de notre charte c’est maintenant
La sensibilisation des professionnels de la santé c’est maintenant
Le coup de fil sympa aux confrères qui baissent les bras c’est maintenant
Pour adhérer à l’UFML
cliquerz sur le lien ci-après et suivez la démarche proposée (paiement par CB ou Paypal  -mais Paypal n'est pass obligatoire).

Pour ceux qui ont du mal à remplir le formulaire en ligne (pas de n° RPPS  ou médecins domiciliés à l'étranger   adressez un chèque  à  ufml 29 av Adrien Escudier 31620 Fronton  sans oublier  de fournir le maximum de  coordonnées lisibles  merci 

mais  si possible préférez le règlement par carte bleue . Le site sera bientôt remanié et le module d'adhésion sera simplifié ! C'est  promis 

ADHERER A L'UFML

Paypal

L’avenir vous appartient, il est à construire avec l’UFML
Merci pour l’UFML, merci pour vous !!!

  Charte UFML

Dr MH Bonfait-Bouyer

 

Des propositions concrètes vous seront très prochainement présentées.

Pour cela, nous avons besoin de vous et de vos cotisations,

Unique ressource de votre association : l’UFML.

ADHERER A L'UFML

Paypal

Marie-Hélène Bonfait-Bouyer.

Commande livre Résiste !

resiste XDLancement le 30 Mars mais en commande sur : http://ufml-asso.org/commandez-le-livre.html… Lien vous permettant de préciser votre commande. une surprise avec chaque commande. Ce livre est un pavé lancé à la face de tous ceux qui vous méprisent, de tous ceux qui enfoncent la médecine.

 

Le New Deal de l'UFML

New Deal UFMLVifs remerciements à ceux qui ont oeuvré pour cette réussite et en particulier l'équipe de Paris menée sur cet événement par Valérie Briole. La présence hier soir de Nathalie Kosciusko Morizet, Hervé Mariton, ne traduit en rien une politisation de l'UFML mais une reconnaissance de son travail et de sa place à l'heure des campagnes électorales. Nous avons pu expliquer Résiste, donc l'UFML, et détailler un New Deal aux propositions décoiffantes et sans concessions. Nous l'avons fait droit dans les yeux des politiques présents. Alexandre Jardin est intervenu, nous allons travailler ensemble  il a dans son intervention rappelé les blocages de la sphère politique nationale. Comme lui nous pensons qu'il est temps de renverser la pyramide décisionnaire. Thomas Dietrich s'est exprimé, très applaudi, symbole de résistance. Frederic Bizard également, nous connaissons son rôle dans la lutte contre les réseaux et la financiarisation. Nous étions nombreux, lisez le New Deal, commandez Résiste. Le combat prend une autre dimension, nous devons construire ensemble, et prendre plus que jamais la place qui est la nôtre.

L'UFML appelle les médecins

affiche vote députés L'UFML appelle les médecins à poursuivre leur pratique du tiers payant de façon libre et invite ceux qui seraient poursuivis par l’administration à remplir ce module de signalement  pour prendre les mesures de leur défense.

Affiche contre le  TPG   version pdf à télécharger    à placer dans vos salles d'attente.

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Jerome Marty

« C.A.S : toi pov con » ... Voilà ce que l'on pourrait dire en paraphrasant notre ancien chef de l'Etat à ceux qui ont porté le Contrat d'accès au soin et qui demandent son extension et son développement comme axe de rémunération.

Oui « CAS : Toi pov con », je ne trouve pas de mots plus clairs, plus précis pour rappeler la responsabilité de ceux-là, dans ce que nombre de médecins en secteur 2 vivent aujourd'hui : l'expression même du premier réseau de soin en médecine et les comportements afférents.

Partout en France des patients de médecins en secteur 2 sont appelés par certaines mutuelles afin de leur signaler qu'ils ne pourront prendre en charge les dépassements d'honoraires du chirurgien qu'ils ont choisi puisque celui ci n'a pas pris le CAS ! Bien sûr ces mêmes mutuelles omettent de préciser au patient qu'il s'agit en fait d'une légère différence de prise en charge et, grossissant le trait, ils affirment  "nous ne pourrons prendre en charge"....

Ces méthodes sont les mêmes que celles employées par les plateformes type "Santé clair" qui détournent les patients pour examiner les devis du dentiste qu'ils ont librement choisi et les aiguiller vers les dentistes travaillant pour le réseau qu'elles défendent.

Dramatique ! Dramatique parce que nous avions décrit tout cela et annoncé aux signataires de l'avenant 8 qu'ils allaient de fait créer le premier réseau de soins en médecine ...

Aujourd'hui que voit-on? Les mêmes à la fois jurer la main sur le coeur que l'on a dévoyé leur signature (pour masquer la simple et tragique explication : la nullité de leur analyse et leur politique des petits pas et des abandons...) et réclamer le développement et l'extension du CAS.

Un CAS que Philippe Revel, directeur de la CNAM, appelle aujourd'hui « Contrats d'accès aux soins de modération tarifaire » !

Voilà où nous mène ce qu'il faut appeler, parce que les mots ont un sens, l'inconséquence des signataires du CAS et pire, de ses supporters actuels : alors que la profession médicale devrait se battre pour relever la tête et imposer un new deal (nous l'exposerons dans quelques jours), ceux-là militent pour développer un outil de modération tarifaire et d'installation des réseaux de soin, de détournement de patientèle, de pouvoir du marché sur le soin, de patients abusés, de médecins floués, salis... Demain des discussions entre syndicats vont avoir lieu, une des discussions portera sur le CAS et l'on sait que certains voudraient, comme il est écrit plus haut, le développer, nous le dénonçons et le dénoncerons.

« C.A.S : toi pov con » ... Voilà ce que l'on pourrait dire en paraphrasant notre ancien chef de l'Etat à ceux qui ont porté le Contrat d'accès au soin et qui demandent son extension et son développement comme axe de rémunération.

Oui « CAS : Toi pov con », je ne trouve pas de mots plus clairs, plus précis pour rappeler la responsabilité de ceux-là, dans ce que nombre de médecins en secteur 2 vivent aujourd'hui : l'expression même du premier réseau de soin en médecine et les comportements afférents.

Partout en France des patients de médecins en secteur 2 sont appelés par certaines mutuelles afin de leur signaler qu'ils ne pourront prendre en charge les dépassements d'honoraires du chirurgien qu'ils ont choisi puisque celui ci n'a pas pris le CAS ! Bien sûr ces mêmes mutuelles omettent de préciser au patient qu'il s'agit en fait d'une légère différence de prise en charge et, grossissant le trait, ils affirment  "nous ne pourrons prendre en charge"....

Ces méthodes sont les mêmes que celles employées par les plateformes type "Santé clair" qui détournent les patients pour examiner les devis du dentiste qu'ils ont librement choisi et les aiguiller vers les dentistes travaillant pour le réseau qu'elles défendent.

Dramatique! Dramatique parce que nous avions décrit tout cela et annoncé aux signataires de l'avenant 8 qu'ils allaient de fait créer le premier réseau de soin en médecine ...

Aujourd'hui que voit-on? Les mêmes à la fois jurer la main sur le coeur que l'on a dévoyé leur signature (pour masquer la simple et tragique explication : la nullité de leur analyse et leur politique des petits pas et des abandons...) et réclamer le développement et l'extension du CAS.

Un CAS que Philippe Revel, directeur de la CNAM, appelle aujourd'hui « Contrats d'accès au soin de modération tarifaire » !

Voilà où nous mène ce qu'il faut appeler, parce que les mots ont un sens, l'inconséquence des signataires du CAS et pire, de ses supporters actuels : alors que la profession médicale devrait se battre pour relever la tête et imposer un new deal (nous l'exposerons dans quelques jours), ceux-là militent pour développer un outil de modération tarifaire et d'installation des réseaux de soin, de détournement de patientèle, de pouvoir du marché sur le soin, de patients abusés, de médecins floués, salis... Demain des discussions entre syndicats vont avoir lieu, une des discussions portera sur le CAS et l'on sait que certains voudraient, comme il est écrit plus haut, le développer, nous le dénonçons et le dénoncerons.

Liste des participants qui ont commenté cet article

  • Invité - Nicolas B

    Stupéfiant ! Cela montre à quel point le gouvernement et les assurances marchent main dans la main, avec la volonté préméditée de couler les médecins libéraux. Car objectivement, l'assurance privée rembourse moins quand le médecin est S2 non-CAS, et donc a tout intérêt à avoir des patients suivis par ces médecins. Pour une fois, ils ne regardent pas à court terme !

    à 31000 Toulouse, France
Ajouter un commentaire

L'UFML en chiffres

0
Newsletters
0
Pages
0
Followers

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.