Adhérer à l'UFML *


Pourquoi adhérer ? / comment adhérer 

SEULES les COTISATIONS font vivre l’association UFML
Vous avez besoin de l’UFML pour défendre vos valeurs, l’UFML a besoin de vous pour les représenter et vous avez eu de nombreuses occasions de voir combien la présence et l’influence de l’UFML ont pris de l’ampleur…
SEULES les COTISATIONS permettent toutes ces actions, aussi ;
Le renouvellement de votre cotisation c’est maintenant
Le partage avec les confrères de notre charte c’est maintenant
La sensibilisation des professionnels de la santé c’est maintenant
Le coup de fil sympa aux confrères qui baissent les bras c’est maintenant
Pour adhérer à l’UFML
cliquerz sur le lien ci-après et suivez la démarche proposée (paiement par CB ou Paypal  -mais Paypal n'est pass obligatoire).

Pour ceux qui ont du mal à remplir le formulaire en ligne (pas de n° RPPS  ou médecins domiciliés à l'étranger   adressez un chèque  à  ufml 29 av Adrien Escudier 31620 Fronton  sans oublier  de fournir le maximum de  coordonnées lisibles  merci 

mais  si possible préférez le règlement par carte bleue . Le site sera bientôt remanié et le module d'adhésion sera simplifié ! C'est  promis 

ADHERER A L'UFML

Paypal

L’avenir vous appartient, il est à construire avec l’UFML
Merci pour l’UFML, merci pour vous !!!

  Charte UFML

Dr MH Bonfait-Bouyer

 

Des propositions concrètes vous seront très prochainement présentées.

Pour cela, nous avons besoin de vous et de vos cotisations,

Unique ressource de votre association : l’UFML.

ADHERER A L'UFML

Paypal

Marie-Hélène Bonfait-Bouyer.

Commande livre Résiste !

resiste XDLancement le 30 Mars mais en commande sur : http://ufml-asso.org/commandez-le-livre.html… Lien vous permettant de préciser votre commande. une surprise avec chaque commande. Ce livre est un pavé lancé à la face de tous ceux qui vous méprisent, de tous ceux qui enfoncent la médecine.

 

Le New Deal de l'UFML

New Deal UFMLVifs remerciements à ceux qui ont oeuvré pour cette réussite et en particulier l'équipe de Paris menée sur cet événement par Valérie Briole. La présence hier soir de Nathalie Kosciusko Morizet, Hervé Mariton, ne traduit en rien une politisation de l'UFML mais une reconnaissance de son travail et de sa place à l'heure des campagnes électorales. Nous avons pu expliquer Résiste, donc l'UFML, et détailler un New Deal aux propositions décoiffantes et sans concessions. Nous l'avons fait droit dans les yeux des politiques présents. Alexandre Jardin est intervenu, nous allons travailler ensemble  il a dans son intervention rappelé les blocages de la sphère politique nationale. Comme lui nous pensons qu'il est temps de renverser la pyramide décisionnaire. Thomas Dietrich s'est exprimé, très applaudi, symbole de résistance. Frederic Bizard également, nous connaissons son rôle dans la lutte contre les réseaux et la financiarisation. Nous étions nombreux, lisez le New Deal, commandez Résiste. Le combat prend une autre dimension, nous devons construire ensemble, et prendre plus que jamais la place qui est la nôtre.

L'UFML appelle les médecins

affiche vote députés L'UFML appelle les médecins à poursuivre leur pratique du tiers payant de façon libre et invite ceux qui seraient poursuivis par l’administration à remplir ce module de signalement  pour prendre les mesures de leur défense.

Affiche contre le  TPG   version pdf à télécharger    à placer dans vos salles d'attente.

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Jerome Marty

A tous
L'UFML a donc été reçu ce jour par le CNOM dans le cadre des auditions concernant la grande consultation nationale aux côtés de la FMF JP Hamon et du SML E Henri.
Les syndicats ont expliqué leur programme pour l'avenir...
J'ai pour ma part, insisté sur la nécessite de revoir la gouvernance du système sanitaire. Sans remise à plat de celle-ci, nous n'arriverons à rien.

Prenant exemple sur ce que nous avons connu récemment :
1/ Une convergence d'idées  qui met en place une véritable force d'action
2/ la réalité du moment avec une loi de santé qui met à bas la médecine libérale, nous étions en droit d'attendre une participation importante aux élections aux URPS, cela n'a pas été le cas, bien au contraire.
J'ai expliqué que cela signait une désespérance et un manque total de confiance en des structures dont les médecins perçoivent bien,  qu'au regard de la gouvernance actuelle, elles ne servent à rien. La sensation de ne plus avoir capacité à décider de l'avenir de sa profession et donc de son propre avenir, signe une dépossession, à la base de cette désespérance qui amène les médecins  trop souvent à se préoccuper uniquement de leur exercice (ce qui est faussement traduit par l'expression "ils ont le nez dans le guidon")
Les faits sont là : les syndicats ont peu d’adhérents, donc peu de puissance ; leur financement est profondément délétère puisque lié à la signature conventionnelle.
Les URPS quant à elles n’ont aucun poids décisionnel face à des ARS surpuissantes
L'Ordre est cantonné à ses missions.
Ai rappelé que les deux seuls prismes permettant de lire l'avenir en matière sanitaire sont :
La démographie et la politique sanitaire appliquée aux établissements de soins privés qui précède de 10 ans ce que l'on applique à la médecine de ville.
Ainsi la loi HPST a créé les ARS qui ont pris la main sur les établissements enlevant la notion de patrimonialité, (les clés du camion en quelque sorte ne sont plus au propriétaire) les commissions qui visent aux regroupements, restructurations , créations d'établissements, sont des aréopages dans lesquels les représentants des médecins et soignants sont noyés au milieu des représentants politiques et administratifs et les votes et décisions ne sont que consultatifs, la décision finale appartenant au DGARS.
La médecine de ville connaîtra demain les mêmes dérives avec des ARS encore plus puissantes. J'ai proposé la création d'une entité regroupant Syndicats, URPS, Ordres et FHP, se réunissant deux fois l'an et éventuellement lors de besoins exceptionnels et traçant les lignes des besoins de la profession. Véritable contre-pouvoir à opposer aux ARS et première étape avant un regroupement définitif et une modification de la gouvernance.
Sans modification de la gouvernance,  point de salut.
Ai proposé également que les représentants des soignants, ceux des patients et l'administration aient dans toutes commissions ou ils siègent et présidant à l'organisation de la profession, une capacité de blocage (afin que soignants et patients ne soient plus minoritaires en voix derrière une pléthore de représentants politiques ou administratifs)
Nous avons bien sûr parlé de la loi santé, et de la nécessité d'agir encore et encore sur les politiques, ce que nous faisons, à  un moment où l'on sent que certaines lignes bougent.
A cet effet j'ai rencontré ensuite une personnalité influente de l'Hôpital public et nous avons cherché à établir une ligne commune contre la Loi de Santé.
Ce travail est en cours,  je ne peux vous en dire plus pour l'instant, afin de ne pas gêner ce fragile édifice qui pourrait avoir un impact sur les jours à venir, je vous tiens au courant...

  • Aucun commentaire sur cet article.
Ajouter un commentaire

L'UFML en chiffres

0
Newsletters
0
Pages
0
Followers

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.