Le rendez-vous de l’UFML sera au 4 de l’avenue du Général Leclerc, qui lança la 2e division blindée vers Paris

Jerome Marty

Jerome MartyChers Tous, oui pas « A Tous » comme depuis 3 ans, mais bien chers Tous.

Nous sommes à 7 jours du 15 mars, à 7 jours d’une manifestation qui est, soyez-en persuadés, VOTRE manifestation !

Vous êtes de l’UFML, adhérents ou sympathisants, vous êtes l’UFML !

L’UFML a construit cette manifestation depuis trois ans. Face au discours habituel de nombre de responsables syndicaux, face au pragmatisme mou, à l’espoir interdit, aux compromis à l’odeur de défaites, aux combats refusés et à l’avenir confisqué, l’UFML s’est levée : une nouvelle force, une nouvelle voie, une nouvelle voix, a commencé à prendre l’espace, à réveiller et à gagner les consciences.

En trois ans nous avons dénoncé, démonté, démontré chaque élément constitutif de notre enfermement, et nous avons annoncé la loi de Santé bien avant sa présentation.

Jamais nous n’avons varié, nous avons porté dès la présentation de la stratégie nationale de Santé le « NO NEGO » et décidé que la devise « on ne négocie pas la liberté on ne marchande pas l’indépendance » serait nôtre.

Jamais nous n’avons cédé et jamais nous ne céderons : la loi de Santé érige une médecine aux ordres d’autres intérêts que le soin et un médecin n’a pas vocation à obéir !

Nous avons le devoir de protéger nos valeurs, le devoir, la responsabilité de faire front contre les voleurs de médecine !

Ce n’est pas, ce ne sera jamais à l’administration, fût-elle aux ordres du ministère de la Santé , de décider de la médecine que nous pratiquons et de ses orientations sur d’autres considérations que le soin ou l’intérêt des patients.

Ce n’est pas et ce ne sera jamais aux financeurs, fûssent-ils parés de la vertu non lucrative, d’influer sur nos gestes, nos pratiques, nos prescriptions.

Nous sommes médecins, nous sommes libres et cette liberté est garante de celle de nos patients !

Chers Tous, à 7 jours de la manifestation du 15 mars, je vous rappelle que deux logiques s’affrontent : le retrait de la loi ou son moratoire pour une réécriture totale par la profession, position, claire et nette, et l’aménagement de la loi par amendements, inconnus à ce jour.

Le retrait est notre position et nous dénonçons l’idée même d’aménagement, symbole d’une politique syndicale d’appareils qui se moquent de l’avis comme de l’intérêt des médecins de terrain. Nous n’acceptons pas ce jeu, porteur du bilan de notre profession.
Nous n’acceptons plus les arrangements de couloirs, les amendements d’intérêts, les renvois d’ascenseurs et les recherches de « portes de sortie ».

Mais par-dessus tout, nous n’acceptons plus de voir certains responsables se parer des habits de la résistance au grès du vent…

Le rendez-vous de l’UFML sera au 4 de l’avenue du Général Leclerc, qui lança la 2e division blindée vers Paris pour le libérer avec à sa tête le capitaine Raymond Dronne dont la jeep était ornée de la devise « Mort Aux Cons ».

Le hasard nous rappelle à l’histoire, et si certains ont cru bon d’essayer d’interdire la présence de l’UFML dans le cortège puis d’interdire le NONEGO pour des raisons qui leur sont propres et en rien liées au combat qui nous anime à cet instant, c’était en pure perte, nous sommes là !

Résister pour nos valeurs, notre éthique, notre déontologie est notre honneur ! On ne négocie pas la liberté, on ne marchande pas l’indépendance ! Nous sommes médecins, nous sommes soignants, nous sommes debout !

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Nous contacter

Vous pouvez nous écrire, nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi

Logo UFML 3342 150Siège social : 287 rue St Jacques - 75005 Paris

©2018

Share This

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?