Le contrat

Jerome Marty

Jerome Marty

Les députés qui voteront la loi de modernisation de la santé feront des médecins libéraux et de nombre  de soignants leurs ennemis.
Le mot pourrait paraître excessif, et pourtant….
Rappelons-nous de cette déclaration relative à la loi de modernisation du système de Santé.
« C’est la fin de la médecine libérale, et c’est une bonne chose » (Brigitte Dormont, économiste Paris Dauphine, membre de Terra Nova think tank du PS).
Le vote de la loi de Santé équivaut à signer l’avis de décès de la médecine libérale, et à signer un contrat qui nous lie désormais avec les députés responsables : un contrat d’opposition.
Ils prennent la responsabilité, en conscience, d’éradiquer notre mode de vie, nos valeurs éthiques et déontologiques, de voler notre avenir…

L’UFML mettra tout en œuvre pour construire leur défaite électorale, député par député ;  leurs noms seront affichés dans les salles d’attente des médecins et des soignants, nous allons rendre coup pour coup.
Par leur vote, ils donnent tous les pouvoirs à l’État, aux ARS, à l’assurance maladie et aux complémentaires, ils vassalisent la médecine, ils la vident de sa responsabilité. Ils créent une médecine dirigée, orientée, encadrée, mesurée, normée, pénalisée, sanctionnée…
Ils font des médecins des sous-officiers de santé, agents de prescriptions, placés, déplacés, commandés…
Ils décident d’une médecine liée aux conséquences économiques de leur gestion politique.
Ils ouvrent la porte au marché ultralibéral des complémentaires, à la finance, aux fonds de pensions, ils brisent les verrous éthiques, ils font du secteur sanitaire un secteur comme les autres….
Ils fragilisent le secteur hospitalier privé par un traitement différencié et inégalitaire qui lie l’obtention de service public hospitalier à l’exclusion de pratiques tarifaires complémentaires, tout en les autorisant à l’hôpital public.
Ils volent aux Français leur liberté d’être soignés, en conscience, et de façon individuelle ; ils suppriment l’indépendance du médecin et sa capacité à adapter son raisonnement, sa pratique, ses décisions, ses choix thérapeutiques au particularisme de chacun.
Ils transforment l’assurance maladie en juge d’application des peines, responsable de la mise en place des décisions de l’État et des ARS.
Ils donnent aux organismes payeurs la responsabilité du respect de l’organisation du soin et légalisent le conflit d’intérêt permanent qui en résulte.
Ils nomment l’assurance maladie responsable de la gestion du Dossier Médical Partagé de chaque patient et autorisent sa lecture et son exploitation par ses agents non médecins : ils  autorisent la violation du secret médical.
Ils valident l’existence d’une base de données-patients et son exploitation financière en la vendant à des structures privées sans prévention des dérives.
Ils chosifient  le corps des premiers instants (abolition de la clause de conscience) aux derniers instants (prélèvement d’organes, de principe et sans autorisation des familles, et interdiction des soins de conservation de corps à domicile).Ils décident, sans avoir donné aux Français, la possibilité du consentement éclairé, de changer totalement le modèle du système sanitaire français qui repose sur la bipolarité public – privé, sur l’indépendance des pratiques et la liberté de soigner en fonction des dernières données acquises de la science et dans le respect du code de déontologie, construit sur la médecine individualisée et le respect du code de Nuremberg, pour une médecine sous responsabilité de l’état, sous influence des organismes payeurs, collectivisées et dépendante des intérêts politiques , économiques et idéologiques du moment.

Ils prennent par leur vote la décision de signer un contrat de rupture avec les médecins et les soignants et de lier leur avenir politique à celui des professionnels de santé.

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Nous contacter

Vous pouvez nous écrire, nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi

Logo UFML 3342 150Siège social : 287 rue St Jacques - 75005 Paris

©2018

Share This

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?