Il faudra y revenir

Jerome Marty

Jerome Marty

Les trois derniers évènements de la semaine doivent nous conforter dans notre décision…
Rappel : 
1/ Les sénateurs en grande majorité prônent l’obligation d’installation : 
la représentation politique est hors sol et n’a aucune connaissance de la problématique. Pour elle, les médecins doivent obéir, elle masquera ses propres fautes avec les blouses des médecins.
2/ La déclaration de Karl Olive, maire de Poissy, très médiatisée, sur l’ingérence politique sur la pratique médicale (arrêts de travail) n’a été contredite par aucun politique : qui ne dit mot consent …

Les médecins doivent être, pour les politiques, des objets obéissants.

3/ Gestion du TPG : 1 euro de pénalité pour l’assurance maladie pour retard de paiement quel que soit le tarif de l’acte ou l’importance du retard. Là encore, pas de contradiction ou de prise de parole de l’opposition…Les médecins sont la cible d’un mépris institutionnel qui transcende les partis politiques.

Ces trois évènements sont le parfait symbole de la fracture entre les responsables politiques et les médecins.

Ils sont la parfaite illustration de l’échec du système politique français : 
La méconnaissance des dossiers (obligation d’installation).
Le dirigisme et la condescendance (action sur les arrêts de travail). 
Le mensonge, la manipulation et le mépris : (gestion du TPG et pénalités de retard).

Pendant ce temps, les syndicats négocient….

Or, à la lumière de ces trois évènements, il est  évident que quoi qu’ils obtiennent, cela ne pourra être que marginal, face à la volonté de nombre de politiques de mettre la profession en coupe réglée et face à l’application de la loi de modernisation de la Santé. Mais l’union syndicale existe, et elle est salutaire, observons et soutenons les initiatives comme la demande de secteur unique et d’HC pour tous…

Pour autant…

JE LE DIS ICI : NOUS NE POURRONS FAIRE L’ECONOMIE D’UN NOUVELLE MOBILISATION !

Seul un nouvel arrêt total et illimité débutant sur le modèle du black friday nous permettra de stopper la destruction de notre système sanitaire et d’imposer celui que nous voulons.

L’UFML portera une fois de plus ce mouvement.
Nous irons au contact des confrères.
Nous porterons la construction et l’explication de ce mouvement à la connaissance des influenceurs, quels qu’ils soient.
Nous avons quelques mois pour préparer ce mouvement.
Quelques mois pour nous mobiliser, quelques mois pour passer des alliances.

Chers tous, les professions du soin ne se sauveront qu’ensemble !
Si nous laissons passer les échéances électorales sans avoir obtenu ce que nous voulons, il en sera fini de notre mode d’exercice.
La balle est dans notre camp, elle est bientôt dans vos mains ! 
(Je suis du sud-ouest…)

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Nous contacter

Vous pouvez nous écrire, nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi

Logo UFML 3342 150Siège social : 287 rue St Jacques - 75005 Paris

©2018

Share This

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?