Félicitations !!!

Jerome Marty

Jerome MartyIls vont signer ! Enfin la CSMF et MGF ont obtenu le C à 25 en une fois …Au premier mai 2017.
Cette immense victoire, cette acmé de la lutte syndicale, nous n’aurions pu l’obtenir sans ces deux guerriers que sont C. Leicher et JP Ortiz.
A cet instant nous ne savons où donner de la tête et nous sommes atteints de vertige au moment où chacun d’entre eux nous dit être à l’origine de ce bonheur inespéré.
Ortiz-Leicher, Leicher-Ortiz, Leitiz-Orcher, on ne sait plus …
Ils sont si valeureux, tant de courage, tant d’énergie dépensée pour enfin obtenir cette immense reconnaissance !

Deux euros ! 25 euros, soit en euros constants la valeur du C en 2002 !
Grace à eux, nous sommes assurés de ne plus avoir d’augmentation tarifaire avant 5 à 10 ans ! Merveilleux ! Nous voilà enfin débarrassés de cette angoisse ! Le combat va t’il payer ?
Alors bien sûr JP. Ortiz nous rappelle qu’il ne signera éventuellement qu’après l’AG du 25 Aout, il reste des points durs dit-il, et avec cette audace qui le caractérise, ce courage qui fait les grands hommes, il ose et demande …2 euros pour les cardiologues !
Orcher et Leitiz se placent donc clairement cet après-midi comme les porteurs de la signature, certainement les autres signeront, mais cette immense victoire est pour eux ! Ils la revendiquent, qu’ils signent maintenant ou demain !
Et comme toujours, demain, quand ce que nous annonçons arrivera, quand la médecine ne sera qu’obéissance, encadrée jusqu’à l’étouffement par l’application de la loi de modernisation de la santé désormais consacrée par nos deux penseurs politiques, quand le Tiers Payant s’appliquera parce que l’opposition oubliera de le supprimer, les médecins ( repésentés par leurs immenses chefs Leitiz et Orcher ayant démontré leur peu de volonté à lutter) et leur amour pour Marisol Touraine  ; demain quand la médecine poursuivra son effondrement, et que les gains aujourd’hui annoncés seront retirés par d’autres voies, comme toujours ils nous hurleront , « c’est une trahison » « nous n’avons pas signé pour cela » « on nous a trompé » etc. etc. …
Nous avons connu cela pour la ROSP, l’AV 8 et le CAS et cela continuera …
Nous nous remémorerons alors ces deux visages de guerriers victorieux …
Nous nous souviendrons qu’en ce mois de juillet 2016 ils revendiquèrent la paternité de l’obtention du C à 25, C à 25 qui seul meublait leur conversation jusqu’à persuader les commentateurs de l’existence de cette unique préoccupation pour les médecins .
Nous nous souviendrons qu’ils actèrent, sûrement pour l’un, dans un suspens insoutenable pour l’autre, leur signature au bas d’une convention qui pour l’UFML signe la reddition des médecins face à la puissance étatique.
Nous nous souviendrons qu’ils abandonnèrent leur honneur pour quelques piastres, et acceptèrent de contractualiser avec un gouvernement qui en 4 ans de pouvoir avait fait de l’insulte aux médecins une règle de conduite et avait programmé la disparition du mode d’exercice libéral et la mise en coupe réglée de l’indépendance et de la liberté d’exercer.
Nous nous souviendrons que les deux centrales avaient soutenu le tiers payant généralisé avant d’entamer une volte-face mue par l’énergie des résultats des sondages et l’intérêt électoral…
Nous nous souviendrons que déjà, lors de l’avenant 8, Jean François Rey, ex président de l’UMESPE, en revendiquait la paternité. Nous nous souviendrons qu’il y a quelques années MGF et la CSMF étaient fiers de présenter à une profession si redevable leur « re jeton » le P4P devenu ROSP.
….
Les époques passent, les années se suivent, et , les mêmes hommes produisent les mêmes effets…
En ce qui nous concerne, nous ne varions pas et ne varierons pas.
Signer cette convention sur les arguments développés est une erreur historique.

Seule la résistance dans l’honneur compte lorsque face à vous la loi déjà s’applique et que vous savez vos frères et vos sœurs visés.
Signer avec son ennemi des accords financiers, alors même que ses décrets- lois sont tournés vers vous et que demain ils vous écraseront, ne pas savoir attendre et mettre en place les conditions qui écartent son ennemi et permettent d’imposer par la nécessité, des accords à son successeur est une preuve de plus de la faiblesse du syndicalisme médical.

Certes tout n’est pas à jeter et certains ont mis à profit ces négociations pour détricoter les erreurs de la CSMF, nous comprenons leur besoin de signer, même si nous ne la soutenons pas !

Il n’est qu’une urgence : lutter contre la loi de modernisation de la santé ; il n’est qu’une importance : redonner leur dignité aux médecins et aux soignants ; il n’est qu’un moyen : refonder le système dans sa gouvernance, son financement et sa démocratie sanitaire ! Le reste appartient à la toute petite histoire…

 

leicherortiz twitts

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Nous contacter

Vous pouvez nous écrire, nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi

Logo UFML 3342 150Siège social : 287 rue St Jacques - 75005 Paris

©2018

Share This

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?