Du dégoût

Jerome Marty

Jerome MartyLa lecture de cet article du Figaro qui relate avec précision la main mise d’une certaine classe dirigeante sur le soin http://sante.lefigaro.fr/article/mediator-didier-tabuteau-un-kouchner-boy-grand-absent-du-dossier ne peut que laisser un sentiment de dégoût.

Le collusion entre les politiques et les  » experts en santé » est connue , elle trouve là sa quintessence .

Tout un petit monde protégé, fait de privilèges et de passe-droits. Des énarques, des « sciences po » des  » santé pub », outils de la classe dirigeante, sans honneur, qui construisent leur avenir par l’obéissance aux intérêts du pouvoir en place. Ils ne savent pas le soin et s’en foutent, il n’est qu’à voir le nombre de faux docteurs parmi eux , docteurs qui n’ont jamais soigné , qui ont fuit leurs responsabilités pour organiser la sécurité et le confort de leur vie au sein d’Agences Régionales de Santé, de chaires santé, de facultés ou de grandes écoles, d’agences du médicament ou de Haute Autorité de Santé , de cabinets ministériels.
Le dégoût, le mot n’est pas trop fort, pour ces hommes dont la lâcheté et les intérêts privés sont responsables des orientations de notre système sanitaire, des scandales qui salissent ses acteurs et de sa faillite organisée.
Il n’y a pas d’indulgence à avoir pour ces privilégiés du système.
Ils n’en ont pas pour les médecins , les infirmières , les aides-soignantes , pas plus qu’ils n’en ont pour les professions de santé qui font notre système sanitaire.
Jamais gouvernement n’a à ce point donné de l’importance à ces précieuses ridicules. Jamais cabinet ministériel n’a pris plus de décisions mortifères à l’encontre des soignants de France.
Pas une de nos professions n’a été épargnée par ces jeunes diplômés « si propres », « si présentables », « si brillants » qui, parce que seul compte leur avenir, rallient Emmanuel Macron avec, dans leurs valises, le réseau d’influence qui construit chaque jour un faux système sanitaire.
La noeud gordien est là : ces élites obéissantes ont rompu avec le peuple soignant, rompu avec le peuple. Valets du pouvoir, elles ont érigé un modèle sanitaire basé sur le dogme imposé par la classe dirigeante. L’image construite a remplacé la réalité, la parole de l’expert, celle du praticien et les non-soignants ou les faux docteurs sont devenus porteurs de vérité puisqu’issus d’un sérail où chacun se connaît comme appartenant de près ou de loin à la caste dirigeante…
Le système sanitaire sur lequel ils construisent leurs raisonnements n’existe pas, mais il s’impose, parce qu’issu de ce cercle autorisé.
Peu importe que des soignants crèvent, peu importe les drames, les vies brisées, les épuisements, les abandons. Peu importe l’effondrement de la qualité, ils resteront et n’auront que plus de certitudes et de morgue.
Il est temps de prendre conscience de nos bourreaux et de leurs minables existences, il est temps que nous soignants ayons comme priorité absolue de bouter définitivement hors du système faux experts et autres faux docteurs !

La gouvernance de notre système sanitaire doit être co-dirigée par les soignants et les patients, seul moyen de rompre définitivement avec la caste du mépris, la caste des scandales, la caste de la honte.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Nous contacter

Vous pouvez nous écrire, nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi

Logo UFML 3342 150Siège social : 287 rue St Jacques - 75005 Paris

©2018

Share This

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?