Cessez de nous insulter

Marie Helene Rougie

Marie Helene Rougie

Madame la Ministre,

Je vous adresse cette lettre pour vous demander d’arrêter d’insulter la nation au nom d’une idéologie qui vous aveugle.

Vous insultez les médecins et tous les soignants dans leur ensemble en refusant de les écouter, en répétant inlassablement votre argumentaire fallacieux qui tourne dans le vide, sans entendre ce qui vous est dit.

Vous nous insultez en insinuant que nous avons juste besoin d’être rassurés sur la faisabilité technique du tiers payant, quand nous vous disons que nous refusons cette mesure parce qu’elle bafoue notre éthique, notre indépendance et veut faire de nous des effecteurs de soins dénués de toute humanité, de tout esprit d’initiative et d’entreprise et de tout libre arbitre.

Vous insultez les médecins hospitaliers quand vous leur versez une prime pour bonne conduite quand ils ont oeuvré avec passion, talent et courage au moment des attentats
De grâce, prenez un peu de hauteur et essayez de comprendre les véritables motivations qui nous animent.

Vous insultez les députés quand vous leur mentez sciemment au sein même de l’Assemblée Nationale
Le tiers payant fonctionne bien dans les pharmacies, dites-vous ? Vous oubliez de leur préciser que chaque officine a chaque année 30 000 € d’impayés à recouvrer et que chaque semaine meurent trois petites officines 
Vous soutenez que les réseaux de soins ne concerneront pas les médecins à l’heure où des plates-formes de mutuelles ont déjà contacté des directeurs de clinique pour la chirurgie orthopédique.
Vous vantez les mérites de la médecine en Allemagne, mais vous oubliez de préciser que 25 % des médecins qui y sont formés quittent le territoire tant l’exercice est y insatisfaisant.
Vous continuez à faire croire que le tiers payant généralisé aidera les patients à accéder aux soins, alors que vous savez pertinemment qu’il ne facilitera en rien l’accès aux soins mal remboursés.
Vous échafaudez votre projet sur la valeur totalement erronée de 30 % de Français qui renonceraient aux soins pour des raisons financières, quand ce sont 4,8 % de personnes qui y renoncent pour cette raison. Cela prêterait vraiment à rire, si ça n’était pas à pleurer…

Vous insultez les patients quand, dans votre projet démiurge d’imposer votre vision du monde, vous les prenez en otage en prétendant en leur nom qu’ils sont favorables à cette loi, alors qu’au quotidien nous savons bien que cela n’est pas vrai
Vous les insultez quand vous les enfermez dans un système de mutuelle dite « pour tous » en leur faisant croire que c’est une mesure de justice, alors que le plus souvent, cette mesure va les défavoriser par rapport à leur situation antérieure et les priver de leur liberté de choix
Vous les insultez enfin quand vous les exposez, sans le leur expliquer, au risque de la perte du secret médical et aux réseaux de soins

Madame la Ministre, je suis un médecin libre comme tous mes confrères et je suis une personne libre, qui se bat tous les jours contre la maladie, mais aussi contre les préjugés, la méchanceté, les mensonges et la mauvaise foi, raison pour laquelle je vous demande solennellement d’arrêter vos insultes.

Nous ne pouvons pas accepter de mourir pour la seule raison que vous avez décidé d’imposer envers et contre tout votre loi.
Malgré tout le respect que nous vous devons, il nous est impossible de nous taire et d’accepter sans rien dire vos mensonges et le danger que vous faites courir à l’ensemble de la nation en instaurant une loi qui déséquilibrera définitivement notre système de santé

Nous combattrons sans relâche votre loi qui piétine le serment que nous avons fait jadis et qui nous lie à lui jusqu’à la mort.

Avec tout mon respect pour votre fonction.

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Nous contacter

Vous pouvez nous écrire, nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi

Logo UFML 3342 150Siège social : 287 rue St Jacques - 75005 Paris

©2018

Share This

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?