Ce qui se passe depuis le premier mars pour les cliniques…

Jerome Marty

Jerome MartyCe qui se passe depuis le premier mars pour les cliniques, avec l’impossibilité imposée par l’Etat de pouvoir facturer leurs actes et les honoraires des praticiens y exerçant, du fait des « retards » pris pour concevoir et mettre à disposition la nouvelle tarification, est la traduction littérale de ce qui se passera avec le TPG. Quand l’Etat ou ses relais financeurs auront la main directe sur les rémunérations des médecins, alors ils auront droit de vie ou de mort sur leurs activités et leur existence professionnelle .

C’est ce qui se passe pour les cliniques privés, là en ce moment même, l’Etat français organise un vaste sabotage économique, conséquence de son inconséquence !

L’Etat français, par cet acte, signe son mépris dogmatique de l’hospitalisation privée, de ceux qui y exercent quels que soient leurs statuts ou leurs fonctions et le mépris des patients.

L’Etat français, par cette action, est profondément amoral.

Le danger du TPG est là : une idée présentée comme morale par un Etat amoral, une idée inapplicable puisque à la base même d’un risque que nul médecin ne peut prendre : la menace sur son exercice, la menace sur ses patients !

Ce qui ce passe pour l’hospitalisation privée depuis le premier mars est la validation des thèses défendues par l’UFML depuis plus de deux ans. Le danger du TPG, le danger de la loi de Santé est la perte de liberté et d’indépendance des acteurs, et des établissements.

La loi de Santé renforce encore le pouvoir des ARS, relais de l’Etat, qui prennent le contrôle total des établissements et se jouent de leur survie.

La loi de Santé construit une médecine obéissante sans liberté de soigner et sans indépendance, sans secret médical, sans responsabilité. Une caporalisation de la médecine !

« La liberté ce n’est pas la vertu cardinale du système de santé français » s’est permis de dire Mr E Caniard hier soir lors de l’émission Cadire, et nous savons combien Mr E Caniard porte la loi de Santé.

La liberté de soigner et d’être soigné est un détail du système pour Etienne Caniard.

Voilà la réalité, crue, violente, inévitable !

L’Etat français crache sur la médecine libre, crache sur les médecins, méprise l’hospitalisation privée et use de règles économiques qui n’ont cours dans aucune démocratie.

C’est en France, et cela doit provoquer chez nous plus que de la colère, la colère passe toujours, cela doit provoquer un engagement durable et une promesse que nous devons faire à ce gouvernement : NOUS NE LAISSERONS PAS PASSER CETTE LOI ET NOUS ALLONS ORGANISER VOTRE DEPART !

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Nous contacter

Vous pouvez nous écrire, nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi

Logo UFML 3342 150Siège social : 287 rue St Jacques - 75005 Paris

©2018

Share This

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?