Adhérer à l'UFML *


Pourquoi adhérer ? / comment adhérer 

SEULES les COTISATIONS font vivre l’association UFML
Vous avez besoin de l’UFML pour défendre vos valeurs, l’UFML a besoin de vous pour les représenter et vous avez eu de nombreuses occasions de voir combien la présence et l’influence de l’UFML ont pris de l’ampleur…
SEULES les COTISATIONS permettent toutes ces actions, aussi ;
Le renouvellement de votre cotisation c’est maintenant
Le partage avec les confrères de notre charte c’est maintenant
La sensibilisation des professionnels de la santé c’est maintenant
Le coup de fil sympa aux confrères qui baissent les bras c’est maintenant
Pour adhérer à l’UFML
cliquerz sur le lien ci-après et suivez la démarche proposée (paiement par CB ou Paypal  -mais Paypal n'est pass obligatoire).

Evitez le chèque plus compliqué à gérer 

ADHERER A L'UFML

Paypal

L’avenir vous appartient, il est à construire avec l’UFML
Merci pour l’UFML, merci pour vous !!!

  Charte UFML

Dr MH Bonfait-Bouyer

 

Des propositions concrètes vous seront très prochainement présentées.

Pour cela, nous avons besoin de vous et de vos cotisations,

Unique ressource de votre association : l’UFML.

ADHERER A L'UFML

Paypal

Marie-Hélène Bonfait-Bouyer.

Commande livre Résiste !

resiste XDLancement le 30 Mars mais en commande sur : http://ufml-asso.org/commandez-le-livre.html… Lien vous permettant de préciser votre commande. une surprise avec chaque commande. Ce livre est un pavé lancé à la face de tous ceux qui vous méprisent, de tous ceux qui enfoncent la médecine.

 

Le New Deal de l'UFML

New Deal UFMLVifs remerciements à ceux qui ont oeuvré pour cette réussite et en particulier l'équipe de Paris menée sur cet événement par Valérie Briole. La présence hier soir de Nathalie Kosciusko Morizet, Hervé Mariton, ne traduit en rien une politisation de l'UFML mais une reconnaissance de son travail et de sa place à l'heure des campagnes électorales. Nous avons pu expliquer Résiste, donc l'UFML, et détailler un New Deal aux propositions décoiffantes et sans concessions. Nous l'avons fait droit dans les yeux des politiques présents. Alexandre Jardin est intervenu, nous allons travailler ensemble  il a dans son intervention rappelé les blocages de la sphère politique nationale. Comme lui nous pensons qu'il est temps de renverser la pyramide décisionnaire. Thomas Dietrich s'est exprimé, très applaudi, symbole de résistance. Frederic Bizard également, nous connaissons son rôle dans la lutte contre les réseaux et la financiarisation. Nous étions nombreux, lisez le New Deal, commandez Résiste. Le combat prend une autre dimension, nous devons construire ensemble, et prendre plus que jamais la place qui est la nôtre.

L'UFML appelle les médecins

affiche vote députés L'UFML appelle les médecins à poursuivre leur pratique du tiers payant de façon libre et invite ceux qui seraient poursuivis par l’administration à remplir ce module de signalement  pour prendre les mesures de leur défense.

Affiche contre le  TPG   version pdf à télécharger    à placer dans vos salles d'attente.

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Dominique Thiers BautrantVous irez voter, vous n'irez pas voter, chacun choisira en son âme et conscience.
Mais nous resterons des soignants, et quoi qu'en disent les théoriciens transhumanistes, les technocrates revanchards ou les prophètes d'un futur apocalyptique, nous continuerons à prodiguer les soins nécessaires aux corps et aux âmes fragilisés, dévastés ou seulement touchés par une destinée et un déterminisme qui nous dépassent totalement.

Fonctionnarisés ? Enchaînés ? Ubérisés ? Ne cédons pas aux propos électoralistes.


Toutes les politiques de santé construites sans les soignants, malgré  les soignants, fonctionnent mal, ou pas, ou très peu de temps, et même si certains ont du mal à l'entendre, c'est une de ces réalités qui bat en brèche tous les programmes.
Les soignants ne seront ni éradiqués (merci JLM d'y avoir quand même pensé !), ni parqués dans des MSP, ni ubérisés de force s'ils ne le veulent pas (et là, il est vrai que certains jours on se pose des questions...)
Notre force est d'être inscrits dans une réalité concrète, d'être les acteurs formés non pas à disserter sur ce que devrait être le système de soins, mais à affronter la réalité de la privation de santé, mais aussi les conséquences de mauvais choix collectifs de communication, de consommation ou d'éducation des populations .
Un certain nombre de choses sont en marche, sur lesquelles il n'y aura pas ou peu de rétropédalage.
Ce que nous devons absolument arracher, par notre intelligence commune, par notre expérience, par notre "envie de faire", c'est d'être à la manœuvre dans l'évolution inéluctable de nos métiers.

Il va falloir parler toujours et encore, hurler aussi sans doute, mais finalement faire entrer dans les cervelles des institutionnels un certain nombre de prérequis :
- non la médecine ne peut pas s'écrire uniquement en algorithmes parce que la variable aléatoire de l'Humanité peut aller de 1 à l'infini...
- oui la santé coûte cher et vouloir " payer moins " doit être clairement explicité aux citoyens : qui paiera, pour qui, pour quoi ?
- non les médecins libéraux ne vivent pas de l'argent public, mais des cotisations des assurés
- non l'argent public englouti dans les déficits abyssaux de certains établissements n'est pas une fatalité et n'a pas à être " intégré au fonctionnement "
- non il est inutile et dangereux de limiter la liberté d'installation dans un pays où seul 1 médecin sur 3 s'installe et où des centaines de diplômés s'évanouissent dans la nature chaque année
- oui la médecine à distance doit se développer, mais pas sans les médecins ou en " employant " des médecins à 3 euros la passe, car le champ des besoins de santé publique ne sera pas couvert ainsi
- oui les soignants peuvent s'organiser différemment, sont en capacité de réinventer ce " libéral" qu'on dit mort pour essayer de le tuer de chagrin
- oui les soignants savent ce que devraient être les "parcours" mais il faut leur donner les moyens de le faire, des missions claires, respectueuses et pertinentes, bref l’envie de le faire
- oui nous devons réorganiser la représentativité de la profession et sa gouvernance.

Il y en a d’autres, certainement, que j'oublie.
Personnellement, je continuerai à me battre pied à pied sur chacun de ces items, localement d'abord, parce que j'ai un mandat pour le faire, mais partout où je pourrai porter la parole des soignants, et particulièrement des libéraux… mais pas seulement.
Sans agressivité, cela dépendra de l'interlocuteur, mais avec la volonté inébranlable et déterminée de ne pas "laisser faire" sans nous.
Jamais.
Mais surtout, je resterai à mon poste, dans mon cabinet, parce que c'est le métier que j'ai choisi, appris et exercé pendant plus de 20 ans et que si ses modalités, ses outils, ses connaissances, ont évolué, son essence n'a jamais changé.  
La santé n'est pas un dû, le soin l'est, nous soignons, il faut nous en donner les moyens.

Liste des participants qui ont commenté cet article

  • Invité - fred Tonne-Zimme

    Pas trop le choix cette fois ; nous allons voter "Touraine" (son cabinet est chez Macron pour être très clair) !!!!
    C'est un comble ...Mais pas le choix ...
    Merci encore une fois la FMF qui est toujours dans son combat aveugle ou "rentable"....Merci à ces beaux syndicats de combat qui vont nous en faire bouffer pour 5 ans encore....Merci à MG france ("10.000 euros/ an = bien")
    La coupe est de toute façon pleine...
    UFML droit dans ses bottes ; [b]dé conventionet LIBERTÉ
    Ceci n’empêchera pas la FRATERNITÉ et la Fierté de faire notre travail sans soumission aux caisses et à la finance.

  • Invité - fred Tonne-Zimme

    DECONVENTION !!!!!!!!!!!

  • Invité - pathos

    Merci de parler pour vous ......
    Voter Touraine / Hollande / Macron ....très peu pour moi
    Quant à savoir si nous continuerons à soigner la tête dans le guidons et sans broncher ......C'est à voir !

    Toutes les options sont sur la table ! Y compris l'option "nucléaire"

  • Invité - fred Tonne-Zimme

    Ma formule était ironique ; chacun évidemment votera selon sa conscience en pleine conscience...
    Pour le reste : d'accord !

Ajouter un commentaire

L'UFML en chiffres

0
Newsletters
0
Pages
0
Followers

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.