Adhérer à l'UFML *


Pourquoi adhérer ? / comment adhérer 

SEULES les COTISATIONS font vivre l’association UFML
Vous avez besoin de l’UFML pour défendre vos valeurs, l’UFML a besoin de vous pour les représenter et vous avez eu de nombreuses occasions de voir combien la présence et l’influence de l’UFML ont pris de l’ampleur…
SEULES les COTISATIONS permettent toutes ces actions, aussi ;
Le renouvellement de votre cotisation c’est maintenant
Le partage avec les confrères de notre charte c’est maintenant
La sensibilisation des professionnels de la santé c’est maintenant
Le coup de fil sympa aux confrères qui baissent les bras c’est maintenant
Pour adhérer à l’UFML
cliquerz sur le lien ci-après et suivez la démarche proposée (paiement par CB ou Paypal  -mais Paypal n'est pass obligatoire).

Pour ceux qui ont du mal à remplir le formulaire en ligne (pas de n° RPPS  ou médecins domiciliés à l'étranger   adressez un chèque  à  ufml 29 av Adrien Escudier 31620 Fronton  sans oublier  de fournir le maximum de  coordonnées lisibles  merci 

mais  si possible préférez le règlement par carte bleue . Le site sera bientôt remanié et le module d'adhésion sera simplifié ! C'est  promis 

ADHERER A L'UFML

Paypal

L’avenir vous appartient, il est à construire avec l’UFML
Merci pour l’UFML, merci pour vous !!!

  Charte UFML

Dr MH Bonfait-Bouyer

 

Des propositions concrètes vous seront très prochainement présentées.

Pour cela, nous avons besoin de vous et de vos cotisations,

Unique ressource de votre association : l’UFML.

ADHERER A L'UFML

Paypal

Marie-Hélène Bonfait-Bouyer.

Commande livre Résiste !

resiste XDLancement le 30 Mars mais en commande sur : http://ufml-asso.org/commandez-le-livre.html… Lien vous permettant de préciser votre commande. une surprise avec chaque commande. Ce livre est un pavé lancé à la face de tous ceux qui vous méprisent, de tous ceux qui enfoncent la médecine.

 

Le New Deal de l'UFML

New Deal UFMLVifs remerciements à ceux qui ont oeuvré pour cette réussite et en particulier l'équipe de Paris menée sur cet événement par Valérie Briole. La présence hier soir de Nathalie Kosciusko Morizet, Hervé Mariton, ne traduit en rien une politisation de l'UFML mais une reconnaissance de son travail et de sa place à l'heure des campagnes électorales. Nous avons pu expliquer Résiste, donc l'UFML, et détailler un New Deal aux propositions décoiffantes et sans concessions. Nous l'avons fait droit dans les yeux des politiques présents. Alexandre Jardin est intervenu, nous allons travailler ensemble  il a dans son intervention rappelé les blocages de la sphère politique nationale. Comme lui nous pensons qu'il est temps de renverser la pyramide décisionnaire. Thomas Dietrich s'est exprimé, très applaudi, symbole de résistance. Frederic Bizard également, nous connaissons son rôle dans la lutte contre les réseaux et la financiarisation. Nous étions nombreux, lisez le New Deal, commandez Résiste. Le combat prend une autre dimension, nous devons construire ensemble, et prendre plus que jamais la place qui est la nôtre.

L'UFML appelle les médecins

affiche vote députés L'UFML appelle les médecins à poursuivre leur pratique du tiers payant de façon libre et invite ceux qui seraient poursuivis par l’administration à remplir ce module de signalement  pour prendre les mesures de leur défense.

Affiche contre le  TPG   version pdf à télécharger    à placer dans vos salles d'attente.

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Dominique Thiers Bautrant

J’ai passé une semaine plutôt difficile.
Moi, ce que je sais faire, c’est prodiguer des soins à ceux qui le demandent et en ont besoin.
Ce que je ne sais pas faire, c'est "réguler " mon activité, " adapter l'offre à la demande «, "co-construire le soin dans un partenariat économique et social ".
Je ne sais pas le faire, et je crois que je ne veux pas.


Pas parce qu'un jour , en me regardant dans la glace, je me suis dit " tiens j'ai envie de faire de l'argent je vais être docteur " , mais parce que j'ai passé les 15 premières années de ma vie post scolaire à apprendre un métier, 10 années pour commencer à le maîtriser et que depuis, j'essaie de coller au train des innovations, des découvertes scientifiques mais surtout aux évolutions des pratiques demandées tout en restant à l'écoute de mes patients, et que je n'y arrive plus, je ne peux plus, je ne reconnais plus mon métier dans ce que j'en lis, entends par des non soignants ou des soignants qui ont oublié et qui pensent avoir trouvé la solution.
Je ne raconterai pas pourquoi j'ai voulu être docteur, c'est Mon histoire, mais je pourrais raconter pourquoi et comment la classe dirigeante (comprenez la politique et la finance) vont en dégoûter plus d'un.
Un jour, la société devenant adulte, se rendit compte que la santé ne pouvait être une question strictement individuelle, genre chacun pour sa pomme et fait comme il veut, mais était un sujet politique national. Après tout, la santé est une valeur publique à défaut d'un bien public, il est normal que le législateur, le politique y mette son nez.
Rien à redire.
Un tas de gens beaucoup plus intelligents que les docteurs se sont alors penchés sur le problème et ont fait des " diagnostics " qui n'ont pas du tout été protégés par le secret médical, mais ont été très largement diffusés. En gros " c'est TROP CHER ! ".
Le politique a alors tenté une solution politique : on va réguler et contrôler , on va investir dans la régulation des actes inutiles, des comportements frauduleux ou des usages non pertinents, parce que pour que tout aille bien, il FAUT qu'il y ait moins de malades, et moins malades ...
les docteurs , quant à eux, continuaient leur TAF, un peu inquiets en raison d'un accroissement de la demande, de la réduction des effectifs, de la stagnation des tarifs, des difficultés grandissantes liées aux tensions entre les revendications légitimes, très individualistes et personnalisées des patients ( mais ils avaient été formés pour cela ) et l'impérieuse volonté et nécessité de " régulation " , terme dont ils avaient vérifié le sens dans le dictionnaire .
Comment je fais pour " réguler " Le cancer de Janine, La cancérophobie de Georgette, les douleurs et la tension de Brigitte, toute seule depuis que Jacques s’est tiré avec Jocelyne et que les enfants sont partis à l'étranger ?
Les équipes des services d'urgence aussi étaient bien trop occupées à accueillir sur des brancards sortis des réserves, Georges qui avait encore oublié son diurétique depuis qu'Odette était partie au ciel, Amandine qui avait encore avalé sa boite de Temesta depuis que ses parents l'avaient fichue dehors après son dernier licenciement, sans compter José qui pensait faire un infarctus après avoir appris que Rosa avait une liaison, juste le jour où le boss l'avait convoqué pour lui parler du plan social. Des fausses urgences, qu'y disaient, de la bobologie, qu'y disaient, la faute des MG qui jouent aux Play Mobil avec leurs gosses plutôt que d'ouvrir leurs cabinets 24/24 7/7 , qu'y disaient, la faute des spécialistes, des machines à sous inutiles...
pourtant, on l'avait dit qu'on allait manquer de bras , que la santé c'était pas un domaine marketing comme les autres ... mais bon, les docteurs ... je n'en dirais pas plus , comme dirait l'autre.
Et c'est tous les jours comme ça, tous les jours, on se dit qu'on va lire ce que les intelligents écrivent à propos de comment il faut soigner pour que ça coûte moins cher et qu'avec les mêmes moyens on fasse plus, mais tous les jours, Georges, Brigitte, Amandine et les autres reviennent et reviennent encore et encore et c'est pour eux qu'on a ouvert le cabinet, pas pour les camemberts de l'INSEE.
Alors les jeunes n'ouvrent plus de cabinets, ils veulent être ensemble dans des endroits où d'autres qu'eux vont s'occuper de tout ce qui n'est pas médical, comme ça ils auront plus de temps pour s'occuper de Georges, Brigitte, Janine sauf que .maintenant, les intelligents veulent aussi dire si il faut vraiment soigner Georges, Brigitte et les autres, et qui doit le faire. Des" parcours de soins " qu'ils vont faire.
Alors j'ai essayé de rencontrer les intelligents, je me suis dit, je vais leur expliquer comment ça se passe, et on va essayer de trouver une solution.
Mais non.
Parce que les intelligents sont conseillés par Irène Frachon, Catherine Lemorton, Brigitte Dormont, Winkler, Pelloux, par des gens qui, eux, ont eu le temps de lire des tas de choses, puisque Georges, Janine et les autres allaient voir d'autres docteurs.
Heureusement.

Depuis 30 ans, j'écoute les gens, leur histoire, je décode leurs mots pour les mettre en relation avec des symptômes, puis des syndromes, puis des traitements.
J'ai passé 15 ans de ma vie à apprendre la signification de l'éthique, la déontologie, le reste à tenter de l'appliquer, mais je me suis quand même entendu dire par un lourdaud des assurances " ma p'tite dame, votre code de déontologie...il va falloir que le revoir ! "
Alors maintenant, puisque le fait que moi je sache ce que Brigitte ne sait pas, serait une discrimination et une injustice, puisque vivre du soin serait une " rente de situation ", et que les intelligents qui n'ont jamais touché un patient pensent pouvoir faire mieux que moi, je vais les laisser faire et je vais définitivement cesser de tenter d'être intelligente. Moi, je vais juste soigner ceux qui pensent que je suis à même de le faire.

 En réponse aux propos tenus dans cette vidéo (version longue et extraits) 

-----

Liste des participants qui ont commenté cet article

  • Invité - fred Tonne-Zimme

    Le temps du doute n'est plus camarade !!!!!! Choisis ton camps
    D'abord le vote (attention à ne pas se tromper; un seul serait dans notre camp ; même si ce n'est pas "un camarade" il sera plutôt avec nous et de toute façon comme il le dit on ne vote pas pour "un copain"...)
    Puis continuer le combat pour le respect et la dignité qui commencera par un espace de liberté tarifaire (qu'a lâché lâchement la FMF en signant n'importe quoi!) et de liberté par rapport aux CPAM !
    Bon c'est maintenant ; pas de jérémiades ; des actes et des combats réels.
    Dimanche...

Ajouter un commentaire

L'UFML en chiffres

0
Newsletters
0
Pages
0
Followers

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.